CRISE DES JEUNES COUPLES CHRÉTIENS

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Jeune catholique sénégalais : Avez-vous remarqué le problème mon père ?

Moi : Eh bien mon frère, aujourd’hui, nous disons être émancipés, le monde a évolué, c’est vrai, et les choses ont changé, rien n’est plus comme avant. Il est évident que notre société a opéré de grands pas vers la modernité, mais les mauvaises interprétations et gestions de cet avantage poussent les jeunes à faire des choix d’existence erronés qui sont en train de déchirer lentement le tissu social, de casser l’harmonie de nos familles et de faire perdre sa dimension humaine (relationnelle) à l’homme et à la femme. La vie des jeunes couples (chrétiens) ressemble de nos jours à l’union de deux personnes qui rivalisent une identité unique, « fi moom amul goor, amul jiguen, goor yi legui dagno bëg lu yomb », une simple coopération entre acteurs, une organisation entre collègues partageant le même appartement…

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes assises et bébé

Jeune catholique sénégalais : Quel message adresseriez-vous à nous jeunes filles chrétiennes

Moi : Par la grâce de la maternité, la femme est un être exceptionnel. Pour elle, être au service du bonheur de son mari, n’est pas un poids, mais l’expression d’amour pour son homme qu’elle voit aussi comme un bébé dont elle prend soin avec tendresse et docilité. Même les services, comme faire à manger à son mari, faire la vaisselle, etc., sur lesquel trouvent à redire nos filles aujourd’hui, ne sont pas une affaire d’intelligence, mais de cœur d’épouse et mère, un cœur unique. C’est pour le don de la maternité que la femme n’est peut pas être criminelle disait Lombroso (père de la sociologie criminelle), mais quand elle devient criminelle, elle l’est deux fois plus qu’un homme. Saint Paul en disant à la femme d’être soumise à son mari, n’entend pas : « femme, tu as trouvé la croix qui fera de ta vie un cauchemar ». Il invite plutôt l’épouse, quel que soit son rang social, et ses biens, à faire de son conjoint un « kilifa », le chef de sa famille. Appeler son mari, « papa » n’est donc pas simplement une question de « Diongué ». La femme croyante et sage sait que Dieu élève les humbles et leur donne la force. Aujourd’hui, de plus en plus de filles catholiques mariées tendent à tourner le dos au mari et fragilisent ainsi leur couple pour se jeter dans les bras d’autres garçons qui, hélas, les utilisent comme d’utiles assiettes jetables, qu’il faut cependant mettre à la poubelle immédiatement après usage. Et c’est souvent avec du retard qu’elles se rendent compte qu’elles étaient à côté de leur vrai bonheur.

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

Jeune catholique sénégalais : Et à nous jeunes mariés?

Moi : Quant à l’époux, son amour doit être de responsabilité et de protection. Le mari responsable est  celui qui cherche au meilleur de ses possibilités de ne rien faire manquer à sa femme, pas même l’osmose corporelle, qui est un bien essentiel du couple. Il protège également sa femme comme le bien le plus précieux da sa vie : « là où est ton trésor, là est ton cœur ». En sa femme, l’homme voit aussi une mère. La femme est signe de révélation naturelle de Dieu, elle mène l’homme à l’Auteur de la vie. Le plus grand trésor d’un homme c’est son épouse, comme le sont les enfants pour le couple. Un homme aime vraiment sa femme que s’il est prêt à donner sa vie pour elle. En protégeant sa femme, l’homme protège aussi ses enfants et défend la famille partout et sans cesse. Un mari responsable qui aime et respecte sa femme est un bien pour l’Église et pour le monde.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Jeune catholique sénégalais : Un mot pour conclure ?

Moi : Entre l’homme et la femme, il n’existe ni égalité, ni parité, ces idéologies sont tout simplement absurdes et rétrogrades. Les deux sont ontologiquement différents. D’où leur aspiration naturelle à la relation, dans le mariage, pour former ce parfait idéel de complémentarité, telles deux mains parfaitement jointes, la gauche et la droite. La crise actuelle de la famille est une menace sérieuse pour l’Église et la société. Faisons attention à ce monde du progrès, du capital, et de l’individualisme qui continue d’imposer un pouvoir qui écrase les hommes et anéantit l’humanité.

Abbé Jean Paul

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...